De l’indisposition à reconnaître l’écoulement, voici les règles

“Si vous êtes indisposé, ne faites pas cette posture”. L’usage de cette expression lors d’un cours de yoga m’a laissé perplexe. Aucune précision n’était donnée par rapport au type d’indisposition auquel on faisait face. Moi qui souvent me sens indisposée à faire la vaisselle, nettoyer la litière du chat, appeler ma mère, préparer à manger, faire des postures trop exigeantes, etc… , je n’étais pas sûre de ce dont on parlait. Mais j’ai vite compris qu’il s’agissait d’une indisposition d’ordre féminin car seules certaines femmes suivaient les recommandations. Cette subtilité m’avait échappé en raison de la non différenciation des genres à l’oral du terme indisposéE. J’ai regretté la prononciation déforméE de mes profs de français lors des dictéEs.

“Si vous êtes indisposéE, ne faites pas cette posture”. Bizarre. Je n’aurai jamais employé ce terme pour parler de l’écoulement passager de sang par le vagin. Même “lunes”, “ragnagnas” et autres expressions maquillent l’existence de notre évacuation régulière. Règles. Menstruations. Tellement rouge et grinçant qu’on les préfèrent bleues, parfumées et indolores. C’est l’usage du langage qui dépeint la réalité. Une femme indisposée est une femme mal disposée.

“Si vous êtes indisposéE, ne faites pas cette posture”. Étonnant. Être indisposéE est un euphémisme qui par définition atténue une réalité déplaisante, taboue ou choquante. Déplaisante peut-être pour celle qui les a car elle doit aller bosser a lieu de rester tranquille, vautrée sur son canapé à mater des séries. Choquante pour celle qui les attend et ne les voit pas arriver. Taboue certainement par son caractère sacré et féminin mais surtout par la mauvaise disposition que notre société lui octroie.

Je suis indiposéE à me sentir gênée par l’écoulement mensuel de mon corps. Mes règles me sont tout à fait convenables.

mots-clés

2 commentaires

  • Seb dit :

    A noter que l’an dernier, les règles ont fait couler beaucoup d’encre car pas moins de 4 ou 5 livres sont sortis en librairies. Pour ma part, j’en ai lu qu’un, « Sang tabou » de Camille Emmanuelle, et je l’ai vraiment trouvé très bien, documenté, non culpabilisant et instructif. Je pourrai te le prêter, si tu veux 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *