Karma Yoga, plus qu’une action désintéressée (épisode 8)

La première fois que j’ai entendu parler de Karma Yoga, c’était en avril 2016. J’étais au chômage. A l’époque, je voulais pratiquer quotidiennement le yoga sans dépenser beaucoup d’argent. Je ressentais aussi le besoin de travailler au sein d’une équipe et de me rendre utile. En fouillant sur la toile, j’ai trouvé une offre de « Karma Yogi » dans un centre de retraites de yoga au Portugal. J’ai contacté de suite la personne en charge du recrutement et après une sélection sur C.V, lettre de motivation et entretien en anglais sur skype, je fus retenue pour faire cinq semaines de Karma-Yoga.

Lors de ce séjour, j’ai mis en pratique la philosophie du Karma-Yoga expliquée par Krishna à Ajurna dans la Bhagavad-Gita « Tu as le droit à l’action, mais seulement à l’action et jamais à ses fruits, que les fruits de ton action ne soient point ton mobile ». J’ai ainsi consciemment servi autrui sans aucune attente particulière. Travailler fut pour moi un véritable privilège. Pour la première fois de ma vie, je ne me suis pas souciée des retours et me suis consacrée aux tâches demandées sans la moindre appréhension.

Quand je suis revenue du Portugal, j’ai gardé en moi ce sentiment de liberté qu’offre le travail sans attachement. Depuis, chaque fois que je me sens prisonnière de mes attentes au travail, j’invoque mon vécu de Karma Yogi.

Le Karma-Yoga a pour but de libérer notre âme. Pour atteindre cet objectif d’élévation le Karma-Yoga nous invite à travail sans répit. Si un jour vous partez faire du Karma-Yoga, je vous conseille de bien vous imprégner des préceptes dictés par cette voie car la contrainte dans l’action et l’égoïsme nous éloigne de notre idéal.

Bonne écoute !

mots-clés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *