Solitude, l’exercice pour devenir une bonne compagne de soi (épisode 14)

La solitude est un acte conscient d’introspection auquel on s’adonne pour se reconnecter avec soi-même. Elle fait souvent peur surtout qu’on l’associe à l’isolement résultant d’une mise à l’écart par la société ou soi-même. Ma grand-mère craint ma solitude. Elle prie tous les soirs pour la fin de mon célibat et espère que Dieu m’offrira un compagnon solide et respectable pour la vie. Elle ignore que la source de mon bonheur et de mon amour propre proviennent de cette dérangeante solitude.

Depuis le début de l’année et malgré mes réticences, je consacre mes heures libres à être seule : à m’ennuyer en regardant le plafond, à ne plus répondre aux messages et autres sollicitations venant des réseaux sociaux et surtout à méditer. Je pratique la solitude à travers le ménage, la cuisine et le yoga. J’erre à travers mon corps jusqu’à me frayer un chemin au plus profond de moi. J’hésite avant d’y plonger car un lourd héritage de conditionnements et de peurs m’attend. Mon intuition m’aide à déchiffrer leur sens. Je déconstruis peu à peu des vieux postulats. Je refuse de croire que les hommes sont juste des donneurs de sperme que l’on piège facilement autour d’une bonne date. Je rejette l’autorité castratrice. Je pleure l’absence de mon père .

Je continue mon voyage. Je médite. Je tremble. Je me relève et prend de l’hauteur : il s’agit juste d’expériences. J’ouvre les yeux et m’émerveille. Abuela, j’ai trouvé le bon compagnon : c’est moi-même ! Je commence à m’aimer.

Bonne écoute !

1 commentaire

  • Coco dit :

    Cata! merci pour ce podcast ! Il me touche particulièrement, et ça fait tellement de bien de sentir que d’autres personnes pensent pareil que moi 🙂 Je pense qu’il faut savoir être seul pour se connaitre vraiment, et ainsi être heureux. C’est grâce à une rupture très douloureuse que j’ai appris à aimer ces moments que je m’accorde..alors que pendant les premiers mois, les seuls mots qui sortaient de ma bouche étaient « jveux pas être seuuuuuule « . Comme quoi ! Et aujourd’hui, j’aime être entourée, faire plein de choses… mais si je ne peux pas avoir un moment « seule », j’étouffe et je me braque. Par contre, comme tu le mentionnes à juste titre, l’isolement est bien différent et peut être une réelle souffrance. Ne change rien 🙂 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *