• Home
  • keyboard_arrow_right Mes textes
  • keyboard_arrow_rightPodcasts
  • keyboard_arrow_right Le yoga dans ma vie, révélation #1

Mes textes

Le yoga dans ma vie, révélation #1

Catalina Patiño 9 octobre, 2016 3


Background
share close

Un jour, c’était il y a plus de deux ans, alors que je faisais la vaisselle, l’idée de devenir professeur de yoga a raclé mon esprit. C’était venu juste comme ça, entre une tasse et une assiette. Au lieu de balayer cette pensée hors de moi avec une inspiration profonde et revenir à l’instant présent (oui à cette époque là, je m’initiais à la méditation consciente pour apprécier la corvée éponge-savon-fausseporcelaine), j’ai ouvert la soupape d’encens et de musique indienne : je me baladais heureuse au milieu de mes élèves auxquels j’apprenais avec patience le lâcher prise et la concentration dans leur souffle.

À peine rincée la dernière tasse, j’ai sauté sur mon ordi pour savoir comment devenir prof de yoga. J’étais convaincue que cette fois ci, c’était LA vraie révélation ! J’ai lu sur le net qu’il fallait avoir de l’expérience et une pratique régulière du yoga pour envisager d’enseigner. Il était aussi conseillé d’obtenir une certification de prof même si celle-ci n’est pas reconnue par l’état. J’admirais l’irrévérence de ce paisible passager clandestin qui, sur son tapis, narguait le diktat “un-geste-un-diplôme” imposé par le rigide système français. Des clics de plus en plus avides m’ont projetée dans une marée de termes illisibles : asanas, hatha, pranayama, yogas-sûtra, Patanjali et bien d’autres. Ils s’entassaient les uns derrières les autres comme pour barricader le sens de chaque phrase. Têtue, j’ai forcé mon passage sur plusieurs articles sans réussir à m’inflitrer. Résultat, ma cervelle était aussi contorsionnée que les yogis-girls à moitié à poil s’exhibant sur Instagram. J’étais écœurée. Ces starlettes du yoga assortissaient des postures d’enfer à un ciel bleu et ensoleillé alors que moi, tête recroquevillée sous la bâche grise du climat continental, je galérais à faire avancer mon corps flasque pour aller au travail. D’un coup ferme, j’ai replié l’ordi, en regrettant aussitôt mon geste. parce qu’il faisait partie du matos fourni par mon entreprise de l’époque. J’ai juste eu envie de retourner faire la vaisselle pour avoir une nouvelle révélation. En dehors du panorama féerique que je m’étais dépeint, rien ne me destinait à être prof de yoga. Je cherchais plutôt un prétexte pour échapper à ma moche réalité, celle d’une chef de projet frustrée dans une agence de comm’ nulle, dans une ville froide. En plus, j’avais oublié un détail : j’avais à peine testé le yoga quelques mois auparavant.

Malgré l’âcre échec de mes premières recherches, un brin d’enthousiasme m’a poussé à faire du yoga. J’ai vite regardé les offres de cours en ville mais aucune ne me tentait. J’ai alors téléchargé une application de yoga pour démarrer la pratique chez moi. Au bout de dix minutes d’échauffement, je m’étais déjà bloquée le dos avec une posture très basique. Par terre, je chialais de haine et d’impuissance. Je me trouvais nulle, molle, grosse, bête… Voilà, j’avais gâché une révélation, et ça faisait au moins la septième de ma vie ! Résignée, j’ai rangé mon tapis. Le lendemain, je suis allée au travail avec une nouvelle frustration au dos, celle d’avoir loupé ma vocation. J’ai hésité à effacer l’application de l’iPad (aussi fourni par ma boîte), mais je l’ai gardée au cas où cette vocation ne serait pas tout-à-fait morte !

 

Retrouve mes dernières chroniques sur Bloglovin

Tagged as: .

Rate it
Avatar
Author

Catalina Patiño

Optimiste, je poursuis mon chemin :)

list Archive

Previous episode
Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *